Daniel H. Dugas. Canapé. suivi de Sero

Canapé

la mort rôde
comme une voleuse en puissance

cambrioleuse acrobate
courbée, déhanchée,
nous démanchés

le silence de son vol
occupe plus d’espace
que d’espace existant

la superficie du néant
en suspend dans un ciel

les contrôleurs terriens
ne savent plus où donner de la tête

le radar mandala
le bruit parasite
une ligne d’horizon

elle plane parmi nous,
aimantée par notre matière
nous effleurant de sa cape
de son souffle

pendant un instant, une pirouette
elle respire à l’amble
avec tout un chacun
en symbiose avec nos manières

nous, étendus sur le canapé de la vie
alimentons sa faim et elle,
s’embrase de notre présence

elle est là, existante
vorace, inassouvie

Sero

une génération cellulaire
habituée à voir vertical
ne sait plus quoi et comment faire

les tours humaines fondent au soleil DEL
figures héliotropes, électroluminescentes
se retournent sur elles-mêmes en boucles
débouchent sur le paradigme des programmeurs
sur l’insistance de la réalité et de la déréalité

le menu déroulant des tranches de vie
fait panorama-kaléidoscope
pendant que le soleil comme un fragment
s’éclate à l’horizon des publicités

(Sero est une télévision rotative de Samsung qui peut se positionner autant à l’horizontale qu’à la verticale.)

Daniel H. Dugas

Image : Maryse Arseneault, Help Phone / Au bout du fil, photo d’une installation sonore. 2015-2017.

Publié dans le No 26. Entre ciel et mer. Rencontre Est-Ouest
Numéro conjoint des revues Ancrages et À ciel ouvert