Alasdair Rees. Trois mois, trois tois

○○○

J’avais envie de tout voir
alors j’ai aérosolisé

mes yeux. Deux chiens d’os
chassant des astres, une poursuite :

on exprimait nos doutes et la certitude
entrait par nos bouches, une buée

de maringouins. Le jour a été mouillé…
où est passé ce secret qui se cachait

dans les arbres et la rivière ?
Tu m’embrasses, mouillé

par ton corps. Qu’est-ce qui pousse en
moi maintenant ? Maringouins, mousses, la marée ;

rentrant, fuyant.
Quand tu pars

tu laisses
un sédiment.

○○

Les souvenirs comme la terre
sont rafraîchis par la pluie.

Une odeur oubliée revient sous mon nez
et je suis en larmes. tout est eau.

Tu m’envoies des longs messages texte.
Ce sont des vagues qui buttent ma côte.

Comment résoudre l’infini et la dilution ?
la pureté demeure-t-elle une option ?

Trop d’oxalates peuvent tuer un agneau ;
laisse-le pas roder dans le chou frisé.

Le soir quand ton poing est entré dans mon dos,
c’est ta voix sur ma nuque qui m’a empoisonné. 

Alasdair Rees

Image : Michèle Mackasey – Patuanak – Axenet’i Tth’al. Le projet Axenet’i Tth’al est présenté par le Common Weal Community Arts avec la collaboration de Michèle Mackasey, artiste en résidence à Patuanak, de Manuel Chantre, artiste invité, et de la Première Nation English River, avec la participation des galeries Wanuskewin, Saskatoon SK. Ce projet est l’un des 200 projets exceptionnels soutenus par le programme Nouveau chapitre du Conseil des arts du Canada. (Photo : Beskkaai Paul).

Publié dans le No 26. Entre ciel et mer. Rencontre Est-Ouest
Numéro conjoint des revues Ancrages et À ciel ouvert