Appels à textes

No 29. Éloge (paradoxal)
Date : 15 août 2021

Un éloge paradoxal est parfois décrit comme un texte écrit dans le but de louer un objet trivial, une personne ou un défaut qui sont habituellement blâmés par la société et ce, à des fins comiques ou satiriques. Des rigolos comme Rabelais (Éloge des dettes), Érasme (Éloge de la Folie) et Molière (Éloge du tabac) s’y sont essayé. Nous préférons voir cet exercice comme un chevaleresque effort pour défendre les mal-aimé.e.s, les mal-compris.e.s et autre veuf.ves et orphelin.es de notre époque (comme la sloche, la moule zébrée, les Irving, le réchauffement climatique, Rogersville, les MTS, la Ploye, l’Anglo Society of New Brunswick, « Être… ici on le peut »,  l’accord du participe passé des verbes pronominaux, Walmart, etc.)

En attendant vos contributions, récitons en cœur  :   

Arrosez-nous !

Nos Irving qui sont aux Bermudes
Que votre Logo soit sanctifié
Que votre Règne ne finisse jamais
Que votre volonté soit faite sur la Terre comme aux Cieux
Donnez-nous aujourd’hui notre Papier de Toilette quotidien
Et les éditoriaux de vos journaux
Arrosez-nous encore, arrosez-nous plus, arrosez-nous mieux !
Faites gicler le glyphosate
Défoliez nos Feuillus dans l’œuf
Empoisonnez et rôtissez nos oiseaux Inutiles
Mangez notre blé en herbe
Protégez-nous de la Taxe Carbone
Et ne nous laissez surtout pas mal penser
Achetez encore plus de journaux, de radios
Et de politiciens !
Et vendez-nous…
Vendez-nous !
Vendez-nous Tout !

No 30  Échange avec la revue Feux Follets
Date : 15 novembre 2021

Un appel à textes pour parler de la distance entre le Nord pis Sud. Entre le Coude pis Lafayette. Entre la Nouvelle-Orléans pis Bouctouche. Entre un homard pis un écrevisse. Entre le Bayou Lafourche et l’Atchafalaya. Entre Codofil, la Fane pis une ploye. Entre Emeline LaBiche et Évangéline, Gabriel Bellefontaine et Beausoleil. Rien de ça du tout ou tout en même temps.

Ou pour parler du rapprochement. D’y être. Des textes qui parlent des regards, des mines qu’on reconnait tout de suite. De la parenté. Du territoire qu’on habite.

Ou pour parler de chanter, de danser et de grouiller dans le mot de la langue. Dans tout ce que la chaleur peut inspirer.

Un appel à textes dans le français qui habite la personne.

En collaboration avec la revue Feux Follets.

***

Veuillez envoyer vos textes à l’adresse appel [arobas] ancrages.ca . Prière de consulter le protocole de soumission. Merci d’indiquer dans l’objet du courriel le numéro de l’édition pour lequel vous soumettez.

Artistes visuels : La revue reçoit vos portfolios électroniques. Veuillez envoyer un lien vers votre site web.

Ancrages accompagne les auteurs et autrices et se réserve le droit, au terme de ce processus d’échange éditorial, de publier ou non le texte, conformément au contrat de publication signé avec l’auteur ou l’autrice.