Rose Després. Cette exécrée manie de gloire

ce n’est pas vous                    nécessairement

plutôt l’injustice de l’ignorance crasse

 

vous les connaissez n’est-ce pas ?

les fainéantes et pitoyables désinvoltures

de ladite          race humaine ?

 

les pas médiocres

d’une danse diabolique

gauche

la pratique sacrilégiante

de son exercice machinal

une promiscuité empruntée d’antan

sans imagination ou luminescence possible

ni convalescence ni guérison en vue

plutôt

un pillage pathétique

la souillure planétaire

l’ennui si disgracieusement évaché

sur tous les écrans

l’amorphe quotidien endolori            surexposé

par la spectrale et sournoise assignation

d’une mue pelliculée

aux anecdotes anémiques de zombies languissants              lobotomisés

qui régurgitent de grincheux commérages

mais

une aube insomniaque et incendiaire

les déracinera

une nouvelle conflagration balayera les détritus

de tous ces myopes mannequins paralytiques

 

 

Rose Després
Texte publié dans le Numéro 25. Sagouine Park