No 17. Faire communauté

English / Mi’kmaq

 

À l’été 2017, douze auteurs du Nouveau-Brunswick ont reçu la commande de créer un nouveau texte avec une seule consigne : communauté. Les auteurs, chacun et chacune dans leur coin de la province, ont exploré l’ADN de leur communauté en pensant à l’écosystème qui les a vus évoluer ou qui les accueille, qui les entoure au quotidien ou qui brosse les grands traits de leur avenir.

Cette réflexion a mené les auteurs à examiner les éléments de leur entourage pour en décrire des moments qui baignent dans la poésie, la comédie, le rêve, le doute et toute une gamme d’émotions. Ils et elles ont puisé leur inspiration dans des évènements récents, dans des souvenirs de jeunesse, dans des déchirements, dans des rapports humains qui ont provoqué des prises de conscience et d’action, mais ce n’était là que le début de l’aventure.

L’équipe d’Ancrages, coordonnée par Sonya Malaborza, a ensuite proposé aux douze auteurs de faire une tournée littéraire dans six villes où ils et elles ont pu partager avec le public, et entre eux, le fruit de ces labeurs. Les auteurs ne s’étaient jamais rencontrés auparavant et n’avaient pas lu les contributions des autres. Armés de leurs textes tout frais, ils et elles ont sauté à pieds joints, ont risqué le tout pour le tout et se sont retrouvés à parcourir ensemble les nombreuses routes de la province en fourgonnette. En novembre et décembre 2017, le public de Fredericton, Edmundston, Saint-Jean, Moncton, Rexton et Bathurst a découvert ces voix multiformes et polyglottes qui, accordées, ont offert un voyage précieux, nécessaire et inoubliable.

Passer de la page à la scène représentait un défi de taille. Comment éviter d’ériger une tour de Babel et de se perdre dans les dédales des langues ? Il était important pour l’équipe d’Ancrages d’élaborer un évènement littéraire qui propose un environnement inclusif. Ainsi, la revue a pris soin de faire traduire les textes vers l’autre langue officielle du Nouveau-Brunswick. Les traductions ont été projetées sur scène pendant les représentations.

Ce numéro vous propose de découvrir les textes qui ont jailli de l’expérience Faire communauté. Vous trouverez les textes qui ont été commandés aux auteurs, ceux qu’ils et elles ont partagés avec le public du Nouveau-Brunswick. Un élément nouveau s’ajoute toutefois à cette publication. En plus des traductions en français et en anglais, nous y incluons celle en mi’kmaq. Enfin, pour faire durer le plaisir, l’équipe d’Ancrages a aussi demandé aux auteurs de faire, par écrit, un bref retour sur l’expérience de la communauté d’artistes qui a été créée pour l’occasion. Vous pourrez lire leurs témoignages en complément.

Faire communauté est la preuve tangible que les arts constituent un pont vers l’autre, une route vers des lieux communs où l’expression est signe de partage et de communion. Un pas vers une réconciliation espérée.

Des remerciements du fond du cœur vont aux collègues Raymond Sewell et Lee Thompson qui ont agi comme passerelle vers leurs communautés d’auteurs, ainsi qu’à Philip André Collette qui a réussi à faire rayonner cette tournée en la mettant en scène et en provoquant un sentiment de bien-être auprès des artistes.

Ce projet a pu être réalisé grâce à l’appui des fonds dédiés aux célébrations du 150e anniversaire du Canada, soit le Conseil des arts du Canada (Nouveau chapitre) et le gouvernement du Nouveau-Brunswick. Nous en sommes reconnaissants.

Jean-Pierre Caissie
Pour le comité de rédaction (David Décarie, Dominic Langlois, Herménégilde Chiasson, Paul Bossé, Monica Bolduc, Joël Boilard)

 

Table des matières

Sonya Malaborza. Traduire la communauté

Phyllis Grant. Les étoiles et les pierres ; Les vers de Millay ; Debout (trad. Janice Bujold-Barton)

Muhammad Al-Digeil. Le tango de l’identité (trad. François Chapron)

Paul Bossé. Monosyllabio

Elizabeth Blanchard. Les mots du coeur (trad. Monique Arseneault)

Lee Thompson. L’étranger à la porte (trad. Herménégilde Chiasson)

Raymond Sewell. Je veux mourir dans le nord de l’État de New York (trad. Christine Melanson)

Brigitte Lavallée. Récits imparfaits

Beth Powning. Je cueille des bleuets avec les Syriennes (trad. Sonya Malaborza)

Sheedy Petit Jean. Une communauté, une tribu, des quotidiens, une histoire, une langue, des rencontres

Sébastien Bérubé. La même année

Shelby Sappier. La communauté (trad. Sophie M. Lavoie)

Gerard Collins. Forêts, de nuit (trad. Marie-Claude Hébert)

Les auteurs. Les témoignages

Remerciements

Charlie Gaffney, Lee Thompson, Raymond Sewell, Centre culturel Aberdeen, Mark Jarman, Thomas Hodd, Imelda Perley, shalan joudry, Mike Parkhill, Jérémie Deneult, Shanna Francis.

Les traducteurs : Monique Arseneault, Janice Bujold-Barton, François Chapron, Herménégilde Chiasson, Éric Dow, Jo-Anne Elder, Mona Francis, Marie-Claude Hébert, Jonathan Kaplansky, Sophie M. Lavoie, Sarah MacNeil, Sonya Malaborza, Christine Melanson et Serena Sock.

Les artistes visuels : Alisa Arsenault, Jessie Babin, Rémi, Belliveau, Marjolaine Bourgeois, Pascal Léo Cormier, Christopher Grant, Emma Hassencahl-Perley, Émilie Grace Lavoie, Vicky Lentz, Sylvie Pilotte, Anna Torma, Emily Sanipass, Natalie Sappier et Julie Whitenect.

Le Conseil des arts du Canada, la province du Nouveau-Brunswick et la ville de Moncton.