No 14. Échos. Variation poétique de la chaine de lettres

No 14 Échos

« J’ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaines d’or d’étoile à étoile, et je danse. »

Arthur Rimbaud, Les illuminations

 

En avril dernier, la revue Ancrages lançait la chaine de lettres poétiques Échos, une création collective conceptualisée par David Décarie qui a mobilisé pas moins de 63 auteurs du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, du Québec, de l’Ontario, du Manitoba et de l’Alberta. Les poèmes ont voyagé aussi avec leurs auteurs, entre Moncton, Miami, Montréal, Genève et Port-au-Prince ; en Europe, les mots ont essaimé en France, en Suisse, en Lituanie et au Danemark, pour finalement s’étendre jusqu’au Cameroun, en Afrique centrale.

À la manière d’une chaine de lettres, un premier auteur a d’abord écrit un texte poétique de 50 mots et l’a envoyé par courriel le 22 avril dernier à deux auteur.e.s de son choix. Ces destinataires ont alors disposé de 24 heures pour écrire à leur tour un court poème de 50 mots avec la contrainte suivante, qui visait à assurer la cohésion des chaines et produire l’écho : ils ont dû recycler environ la moitié des mots, soit reprendre 25 mots du texte poétique reçu. Le lendemain, à la même heure, ces deux auteur.e.s ont envoyé chacun leur texte poétique à deux nouveaux auteur.e.s, et ainsi de suite : les textes se sont ainsi multipliés pendant six jours.

Le Jour 1, Jonathan Roy a tissé le premier texte de la chaine poétique.

Le Jour 2, Joannie Thomas et Philippe Garon ont relevé le défi et poursuivi la multiplication.

Le Jour 3Caroline Bélisle, Ouanessa Younsi, Sonia Cotten et Jean-François Caron ont à leur tour propagé l’écho.

Le Jour 4, huit auteur.e.s se sont prêtés au jeu : Gabriel Robichaud, Martine Jacquot, Rodney Saint-Éloi, Diane Régimbald, Michel X Côté, Brigitte Harrison, Charles Sagalane et Rose Eliceiry.

Le Jour 5, les mots ont commencé à se bousculer au portillon, alors que 16 auteur.es ont relancé l’écho : Soleïma Arabi, Lisa L’Heureux, Thibault Jacquot Paratte, Albert Belzile, Laure Morali, Sébastien Doubinski, Denise Desautels, Hector Ruiz, Sébastien Auger, Christine Sioui Wawanoloath, Lou Poirier, Daniel H. Dugas, Michel Pleau, Thierry Dimanche, Virginie Beauregard D. et Daniel Leblanc-Poirier.

Le Jour 6, dernier du projet, ce sont 1 500 mots, venant de 32 auteurs, qui se sont frayés un chemin sur le site de la revue et ont conclu ce projet tentaculaire : Hermine Yollo, Olivia Csiky Trnka, Antoine Côté Legault, Miriam Cusson, Henri Paratte, Rachel Bonbon, Sarah Jeanne Bélec, Lise Gaboury-Diallo, Violaine Forest, Pierre Soletti, Laurent Maindon, Alodie Larochelle, Louise Dupré, Herménégilde Chiasson, François Rioux, Dominic Marcil, Hugo Beauchemin-Lachapelle, Samantha Barendson, Marc LeMyre, Sylvie-Anne Sioui Trudel, Dominic Langlois, Sebomatik5, Marie-Claire Dugas, Malaïka Ogandaga, Lyne Richard, Pierrette Requier, Chloé LaDuchesse, Vincent Lambert, Jean-Christophe Réhel, Mathieu Renaud, Linakim Champagne et Philippe Chagnon.

Les textes ont déjà été publiés sur le site d’Ancrages au fur et à mesure que la revue les recevait. Disposés en pyramides, les poèmes, desquels se dégageait un réel écho grâce à la contrainte imposée, ont offert des lectures multiples. La revue souhaite offrir une fois de plus ces textes au public l’espace d’un numéro, alors que l’installation poétique qui a accompagné le projet sera à nouveau en montre, cette fois-ci à Caraquet, dans le cadre du Festival acadien de poésie, qui se déroule du 3 au 7 août 2017. Les textes seront exposés à la Galerie Bernard-Jean du Centre culturel de Caraquet.

Échos a été l’occasion de réunir des auteurs dont les pratiques étaient des plus diverses : en effet, afin d’encourager la diversité et l’essaimage, Ancrages avait demandé aux auteur.e.s de privilégier, pour le choix du premier destinataire, la proximité (approche commune de l’écriture, liens d’amitié, géographie) alors que pour le choix du second destinataire, les auteur.e.s devaient au contraire tenter de communiquer avec un.e auteur.e admiré.e, mais plus éloigné.e (par la géographie, le style ou le tempérament). Lecture après lecture, au détour des liens d’amitié se dégagent de fortes connivences artistiques et littéraires à la fois espérées et inattendues : voilà toute la force et la richesse de ce projet.

Ancrages souhaite remercier chaleureusement les 63 auteurs qui ont sauté à pieds joints dans cette entreprise un peu folle.

Bonne lecture !

 

Le comité de rédaction

David Décarie
Jean-Pierre Caissie
Dominic Langlois
Herménégilde Chiasson
Marilou Potvin-Lajoie
Marie-Ève Landry