Daniel H. Dugas. Accent tugément

L’huître, de la grosseur d’un galet moyen, est d’une apparence plus rugueuse, d’une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C’est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l’ouvrir.

Francis Ponge, L’huître – Le parti pris des choses

 

1.

sur ces rivages
nous sculptions le monde
et nous le sculptons encore
nous l’auscultons aussi
avec le stéthoscope des galaxies intérieures

sur ces rivages
nous sculptons le monde
et le texte prend forme par concrétion
en couches successives
d’images, de rythmes et de gestes
comme une huître qui se construit
– exosquelette d’actions, d’éclats

Le livre-coquille subsiste, persiste
un poème à la fois, et les pages ainsi écrites
permettent à l’histoire de s’étendre jusque nous
jusqu’à vous

les mots aériens, souterrains
les mots sous la mer, Tiktaalik, serpentent
dans la dérive d’un continent haïkus-borlicocos
et nous traversent comme autant de fréquence radio

le va-et-vient vers vous
tisse la voile du bateau
et même le courant-jet ;
le vent s’emballe en nous

une poétesse débarque de son radeau
– objet de résistance et de dévoilement –
les reflets des perles de ses mots comme des phares
illuminent la côte où nous habitons

le bois de l’embarcation
combustible comme les vaisseaux des autres poètes
également embarqué dans la galère du temps
alimente le feu du possible
la chaleur sur la rive du cœur

la nacre des perles nous retient
dans la tempête autant que dans l’accalmie
et nous revenons vers vous
et le poème se tisse sans cesse
s’entrelace avec l’autre
dans les vrilles du désir

en nous la nacre des perles,
en nous les couches successives
jusqu’à vous

la raison du poème
repose dans vos cœurs

*

Le texte prend forme par concrétion
en couches successives
et la poésie comme un grain de sable
un Grain de folie, pollinise la vie
ouvre un chenal dans l’histoire
élague le bruit qui nous retient
permet de voir au-delà des limites
se tient debout lorsque tout bascule
et se transforme en échelle,
en acrobate échassière
la poésie remue le fond marin
chatouille le fond de l’air
remet les pendules à l’heure

elle est ce grain dans l’engrenage
ou ce sabot dans la machine
et, dans le désordre, elle se clé de voûte
salto avant, nage papillon

la poésie est la conscience du monde,
un jardin communautaire
qui témoigne de ce qui apparaît impossible, indicible
elle fait surgir de la terre
des vers aux yeux d’étincelles

la raison du poème
repose dans nos cœurs

Le texte prend forme par concrétion
en couches successives
et la poésie venue du large de la mer,
du large du cœur
touche le sol devant nous
enveloppe la rive,
monte la côte

elle arrive en se disant,
en se vingt-cinq ans,
elle, radieuse, en guenille
imbue de ce qui nous tient
là debout devant nous bondissante

elle danse et dessine dans le sable
la courbe de la vie

Le texte prend forme par concrétion
en couches successives
à la dérive du continent américain
dans la Baie de Caraquet
où la poésie et le monde
se transforment mutuellement

un sea doo dézippe la mer
et dévoile encore plus de mers
le vent emporte le grondement du moteur
jusqu’en Gaspésie, bye-bye

poésie kayak
poésie airbnb
poésie mode de vie
économie de bed and breakfast
de nouvelle cuisine et de poésie-vérité
documentaire hyperdocument
120 battements par minutes
version d’essaie
planche de salut
mode d’emploi

le langage est un virus
disait William S. Burroughs
(ou le plus grand des virus selon l’époque)
et le texte s’écrit par morcellement,
un poème à la fois, par concrétion

une mine à ciel ouvert à l’envers
une mine de plomb et de pixels
qui renvoie l’image de nos quêtes
et de notre présence au monde

et l’index de l’imaginaire continue de s’accroître
et nous nageons, nous nageons
d’un bout à l’autre de la baie,
chaque tressaillement
rend le coquillage plus solide, plus complexe

 

2.

et c’est le vent qui façonne la côte
le souffle de tous les poètes
un souffle aussi long que le plus long village du monde
aussi long que les noms les plus longs
de tous les villages du monde entier
comme celui du pays de Galles :
Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch

et nous voilà amarrés
à la respiration de tous les poèmes
et des mots qui la compose

des perles
par concrétion
des mots cristallisés
en couches concentriques
autour d’un noyau

la substance irisée de la poésie
des poètes jangadas
la nacre des mots qui débarquent des radeaux,
murmures sur les lèvres et les rives

oui, le mot sur son radeau,
phonème à la dérive,
s’abreuve du temps qu’il fait

et les textes palimpsestes s’accumulent
comme autant d’algues laissées sur la plage
par la marée haute ou la tempête

des empreintes du voyage
pour faire face et dépasser ce moment dans le temps
toujours en équilibre
en suspens sur la ligne d’horizon
du miroir de la mer

des traces dans le sable
pour nous rappeler que la vie s’éphémère
que l’invisible se tient debout devant nous

Le texte prend forme par concrétion
en couches successives
poème épique des 25 dernières années
où chaque texte forme une couche fragile
dans la géologie du lieu
sur les plages où nous ancrons
l’espoir de l’espoir à venir

la poésie, le « je est un autre »
l’huître qui se réinvente en se jetant d’un genre à l’autre
les bras de la mouvance dans les strates
de l’effervescence qui nous anime

un verbe
un nom
nénuphar, soleil de mer
les phrases en perles
en glaise, sur la grève

poésie Caraquet
jour de fête
porte-voix de la conscience
lettre d’amour à la condition humaine

 

3.

le miroir de la baie

les reflets bleus du ciel

des enfants s’arrêtent un instant devant la mer
regardent le calme s’étendre
un poème fait surface
respire l’oxygène qui s’y trouve
s’empare d’une bulle de vie
et disparaît dans le grand livre de la mer

le miroir de la baie

la dune magicienne

le texte des marées

des enfants s’amusent
sur le miroir du monde
et dans le reflet bleu du ciel
un poème se lève

 

Daniel H. Dugas
Le 1er août 2021, Caraquet

Texte publié dans le 29e numéro Éloge (paradoxal)

Notes

1. Tugément : Ensemble des tissus constituant l’enveloppe du corps des animaux ; la peau de l’être humain ; l’enveloppe protectrice d’une graine, la carapace, l’écaille, la coquille.

2. Albert Camus disait dans L’artiste et son temps (1957) qu’il préférait le terme embarqué à celui d’engagé. Pour lui, « l’artiste n’est pas engagé, il est embarqué » :

À partir du moment où l’abstention elle-même est considérée comme un choix, puni ou loué comme tel, l’artiste, qu’il le veuille ou non, est embarqué. Embarqué me paraît ici plus juste qu’engagé. Il ne s’agit pas en effet pour l’artiste d’un engagement volontaire, mais plutôt d’un service militaire obligatoire. Tout artiste aujourd’hui est embarqué dans la galère de son temps. Il doit s’y résigner, même s’il juge que cette galère sent le hareng, que les gardes-chiourme y sont vraiment trop nombreux et que, de surcroît, le cap est mal pris. Nous sommes en pleine mer. L’artiste, comme les autres, doit ramer à son tour, sans mourir, s’il le peut, c’est-à-dire en continuant de vivre et de créer.

Texte créé à Caraquet afin de souligner le 25e anniversaire du Festival acadien de poésie. Cette activité a été soutenue par le Festival acadien de poésie,  le CCNB – Campus de la Péninsule acadienne et le Conseil des arts du Nouveau-Brunswick.