Murièle Camac. Hollywood

Prenez n’importe quel grandiose paysage
enlevez-en John Wayne
c’est beaucoup mieux comme ça

Dans n’importe quel grandiose paysage
débarrassé de John Wayne
faites avancer votre cheval intime
vos deux jambes
vos quatre narines
vos douze constellations
vos treize personnalités
tournez-y vos dix mille films

Il y a un lac
faites avancer votre orage
le lac change de place
et les campeurs de bord de lac
qu’ils aillent donc voir si John Wayne y est

C’est plus difficile qu’il n’y paraît
d’éliminer complètement John Wayne
son cadavre va puer de loin
Ça perturbe le scénario
et le décor — genre Mauvais Pays
sans acteur principal

On risque de se retrouver avec quoi
une absence de paysage
un rideau en tissu synthétique
rien à voir

Ou alors des bouts de maison
collés à un vieux mur
comme des chewing-gums à une table
des trucs qu’on n’aurait pas dû voir
des preuves de culpabilité
il faudra tout réécrire

Évidemment que ce n’est pas si facile
sinon il n’y aurait pas de film

Et j’aurais pu être cow-boy moi aussi
mais je n’avais pas de vaches

Murièle Camac
Œuvre publiée dans le Numéro 28. Phonésie