Herménégilde Chiasson. organes

            10 questions, 10 idées

1.         Le corps, fragile et complexe dans son évolution patiente.

2a.       Le cœur (organe primordial) dans sa force essentielle.

2b.       Le cœur (muscle discret) dans son tissu ancien et silencieux.

3.         «  La fonction crée l’organe  ». C’est qui encore qui a dit ça ?
            C’était gros dans le temps, mais là tout le monde sait ça.

4.         Fonction, évolution, adaptation, une charade insoluble.
            À moins que ce soit  : adaptation, évolution, fonction…

5.         À propos de la douleur ? Oui ? Je cherche une réponse…
            Aucun doute que cela viendra, qu’on finira par trouver…

6.         Là-bas — je parle de l’univers, du cosmos —
            comment ils ont fait sur les exoplanètes ?
            Je veux dire pour s’adapter, les organes, synchroniser tout ça ?

7.         D’abord l’informatique, puis la robotique et on remplace le tout
            tout ce qui fait défaut, on recrée, on réinvente une créature
            une créature à notre image semblable au monde organique.

8.         L’ouïe, la vue, le toucher… on pourrait passer tous les indices
            tous les signaux qui nous rendent vivants, mais à quoi bon ?

9.         Et puis il y a la fatigue, ah oui la fatigue, tout finit par se fatiguer,
            tout ce qui est vivant, tout ce qui existe, même la matière
            quand on sait qu’il y a pas de synthèse possible ça donne quoi ?

10.       Surtout ne jamais oublier tout ça, le reste
            tout ce qui est relié en circuits d’une manière ou d’une autre
            comme en ensembles, en équilibre, une certaine idée,
            une idée d’une perception possible, nécessaire et fonctionnelle.

Herménégilde Chiasson

Publié dans le 31e numéro de la revue Ancrages Vivant

error: Attention: Le contenu est protégé contre le vol