12.

mon père m’a dit qu’il y avait un démon en moi quand il a su que j’étais gai c’est ton choix tu l’as choisi tu as toujours été spécial compte-toi chanceux Francis tu aurais brûlé sur un bûcher dans un autre siècle on t’aurait placé devant tout le monde on t’aurait jugé lancé des pierres crié des noms mais c’est déjà fait papa so what maintenant c’est devant toi que je pleure tu me dis de ne pas pleurer de garder mon calme de faire un homme de moi mais show me how papa show me how comment ne rien dire ne rien faire non je ne suis pas un démon il n’y a pas de démon qui s’est infiltré en moi et qui me fait agir de telle manière ce n’est pas la réalité ce n’est pas ce dont je parle je ne suis pas possédé pour que des cornes me poussent sur la tête my little demon qui brûle en enfer pour le reste de ses jours la réalité c’est qu’il n’y a que des gars qui veulent se vider en moi et que le lendemain comme à tous les lendemains de veille leurs émoticônes de cœur me défonceront la poitrine et je resterai ici devant mon écran de cellulaire perforé de toutes parts avec un trou béant à la place du cœur et c’est ce trou que je vous offre

Dans la vallée des fusils qui tombent
Le train s’est arrêté de lui-même
Sur sa peau paillettes libéré
Du regard de papa

Dans l’horizon émeraude
J’ai parlé vers lui
Comme si je parlais à mon fils

« Papa ne tient pas d’armes dans son sang
Tu es des milliers d’étoiles
Qui viennent fondre les munitions
Tu es ce sang désarmé
Danse, ti-homme, danse
Papa va bruler les rails
Et te regarder
Monter et devenir une aurore boréale »

Dans la vallée en flammes
Il brûla la serrure
Ce n’était peut-être pas un train
Finalement
Mais une porte de bois remplie d’écorce
Sur ses yeux
Rien que ses yeux
Comme une vision du monde
Mariée à des nuits qui n’arrivent jamais

Ses yeux
Rien que ses yeux
Dans lesquels ne savent pas
Grandir les tempêtes
Ni les colères sans couleurs

Rien que ses yeux
Comme des drapeaux de dentelle
Qui naissent après la pluie
Quand le soleil se lève
Dans les iris fleuris
Qu’il décore en se levant
Pour reposer ses genoux.

Sébastien Bérubé

Mo Bolduc

Maya Cousineau Mollen

Francis Paradis