No 12. Je friboule. Hommage à Ronald Léger

Ronald Léger. Je friboule ! Photo : Hélène Bourassa

Tout a commencé par une trouvaille : un manuscrit inédit, intitulé « Je friboule ». La masse de feuilles imprimées s’est promenée de mains en mains, et ses textes, de lecteur en lecteur, parmi les membres du comité de la revue. Qui était Ronald Léger ? Ce n’est pas l’homme que nous avons d’abord connu, mais ses mots. Certains d’entre nous connaissaient l’homme et l’œuvre, d’autres moins, certains pas du tout. Les poèmes ont fait leur chemin tranquillement jusqu’à nous et l’idée d’une lecture en a germé.

Le 20 octobre 2016 a eu lieu autour de cette véritable trouvaille la soirée-hommage à Ronald Léger. Au bar Le Coude de l’Université de Moncton se sont massés famille et amis du poète, mais aussi amateurs de mots de toutes sortes : lecteurs, poètes, écrivailleurs. Quatre femmes de talent se sont relayées sur scène pour faire une lecture sentie, vivante, d’une sélection de poèmes extraits du manuscrit « Je friboule ». Cette mise en bouche était par ailleurs tout indiquée pour les écrits d’un homme pour qui, selon son grand ami Jean Babineau, qui signe par ailleurs le texte liminaire de ce numéro, « lire ses poèmes à quelqu’un était une réelle source de plaisir ». Caroline Bélisle, Monica Bolduc, Céleste Godin et Joannie Thomas ont chacune à leur manière livré les poèmes de magistrale façon.

Par ce numéro, nous vous invitons à revivre les grands moments de cette soirée, et surtout à replonger dans la poésie de Léger : ses détournements de la nature des mots, qu’il travestit avec brio, ses néologismes, mots-valises, répétitions et allitérations ne manqueront pas de vous faire sourire. Ces acrobaties stylistiques qui s’appellent l’une l’autre donnent corps à une voix tantôt ironique, tantôt sérieuse, tantôt politique, souvent touchante, presque toujours ludique, qu’il nous tarde de faire retentir à nouveau.

La revue remercie chaleureusement Jean Babineau, qui a bien voulu se prêter à l’écriture du liminaire, et Hélène Bourassa, pour son ouverture et sa collaboration.

À votre tour, lecteurs et lectrices, de fribouler !

L’équipe de la revue Ancrages

***

Table des matières

Texte liminaire : Le rire de Ronald Léger (1952-2013), par Jean Babineau

Sélection de poèmes tirés du manuscrit inédit « Je friboule » de Ronald Léger :

Introduction
Il était recto-verso
Je suis le poète automatique
Un pays
Un autre poème
Une drôle de race
La poésie
MOM
Je friboule
En souvenir de Fess Parker

La soirée-hommage du 20 octobre 2016 en vidéo !