Paul Bossé. Liminaire de Sagouine Park

En octobre dernier, Kanye offrait à sa dulcinée un hologramme de son papa décédé il y a 17 ans. C’est déjà pas mal, mais si monsieur West avait eu un peu plus de fric, il aurait pu épater Kim avec le présent le plus haut de gamme disponible en technologie de réanimation : un clone en chair et en os du paternel Kardashian. Car les brevets utilisés au parc jurassique sont maintenant disponibles en ligne. Mais ça prend yinque une ‘tite goutte d’ADN fossilisé pour mettre en branle le pouvoir combinatoire de l’écriture fictive. Faire revivre ses aïeuls. Revigorer des temps perdus. Croiser des genres fatigués. Marier le folklorique à la science-fiction. Mendeleïev mind meld avec Tonine. Qu’est-ce qu’est venu en premier, l’œuf ou le dinosaure ?

Les six textes étalés sur la lame de ce numéro 25 d’Ancrages nous permettent de jeter un nouvel éclairage sur la mitochondrie littéraire de la région nord-américaine patrouillée par des véhicules aux plaques d’immatriculation portant le slogan « venez nous ouère ». Fantasmagories parfois gory d’apparitions étonnantes : des Choses, des androïdes, des camules, des écailles, des nazis, des mannequins et j’en passe. « Culture », avec son vaste réseau tentaculaire d’homonymes, c’est peut-être le mot le plus périlleux recensé par monsieur Larousse.

 

Paul Bossé
Liminaire du No 25. Sagouine Park