Marc-André Hébert. Knee Deep

15 septembre – Rogersville, NB

 

Cher Jacques,

Le conflit est devenu de plus en plus hostile au Nouveau-Brunswick.

Je t’écris afin de t’informer que nos efforts ne sont pas perdus.

Il y a quelques semaines, un scientifique anglophone de Miramichi a fait une découverte importante. Selon Edward McKooney, ces montres, ces créatures, ces « câlisses de fuckers » seraient issus de notre propre terre, conséquence néfaste des exploitations humaines sans fin. Cette nouvelle découverte de leur origine pourrait nous fournir l’information pertinente à la découverte d’une façon d’enfin les arrêter… I hope, anyway.

Jacques, t’en souviens-tu quand Mémère nous avisait des dangers de creuser trop creux pour du pétrole ? Des sècheresses causées par des coupes à blanc ? Elle bitchait toujours que les humains étouffaient la planète ! Tout le monde la trouvait folle et personne la croyait, but I guess qu’elle était pas complètement wrong… Mais même elle aurait pas pu imaginer que notre surconsommation de nourriture, de gaz, d’huile, de pétrole, de bois, etc. causerait l’arrivée de ces Choses quasi-insectes, quasi-humaines.

Dr Mckooney soupçonne que dans leur quête de trouver d’autre pétrole, les humains auraient brisé une couche protectrice qui empêchait aux Choses de remonter à la surface de la terre.
Une craque, c’est tout ce que ça prenait pour causer un effet snowball… En peu de temps, un monstre est devenu plusieurs monstres et le tout s’est transformé en une armée…

Parait que ç’a débuté en Alberta. Dans les sables bitumineux.
Ces Choses ravagent tout ce qui est vivant : arbres, insectes, animaux, végétation.
Elles mangent tout ! J’ai eu la malchance de me trouver face à face avec une de ces créatures.
Elle venait de déchirer un chevreuil en quatre avant de l’engloutir en moins de 20 secondes.
Après, elle s’est approchée de moi. Le plus fucké, c’est que sa face ressemblait pas mal trop à celle d’un humain… Elle s’est approchée de moi et je croyais que c’était ma fin, mais elle s’est déplacée avec chépas combien de pattes vers le plus grand des nombreux arbres qui nous entouraient pis elle a spewé un genre d’acide toxique sur cet arbre. L’arbre tout entier s’est mis à fondre. Avec une de ses antennes ou mandibules, elle a slurpé le goo végétal. Comme une soupe.

Depuis quelques jours, il y a des rumeurs qui se propagent. Apparemment, dans le nord du Nouveau-Brunswick, vers Caraquet, les Choses ont commencé à manger de l’humain…
What the fuck ? !  Why ? I really don’t know, mais il a des gens qui soupçonnent que même les ressources commencent à manquer de ressources. Heureusement pour nous, elles ont toujours peur de l’eau et refusent de s’en approcher. Thank God, car je crois que sans cet avantage géographique, les gens des Maritimes finiraient comme nos amis à l’ouest : affamés, détruits, abattus et pratiquement anéantis. De notre côté, nous avons aussi un moteur hydroélectrique géant activé par les marées de la Baie de Fundy. Il s’agit d’un énorme avantage militaire par sa capacité de fournir de l’énergie gratuite pour nos mitraillettes à rayons. En passant, tu remercieras Mononcle pour cette idée géniale.

Mais honnêtement, je ne sais pas si nous sommes capables de gagner cette guerre… Même avec l’alliance des Acadiens et des Anglophones, même avec la découverte du pétrole à base de seaweed, même avec l’avantage maritime et même avec l’étonnant sable de l’Île-du-Prince-Édouard, I don’t know if it’s possible… La tendance se veut que nous gagnions certaines batailles, mais pour chaque victoire, nous vivons deux défaites…  L’espoir m’échappe, mon petit frère.

Jacques, je dois te dire un secret, mais ne le dis à personne. Je me suis fait recruter par la Résistance ! Une mission secrète dont l’objectif n’est pas matière à discussion.
Mais je m’en fous, moi, de cette règle mise en place par la Résistance ! Une armée dite juste, mais qui est dominée par les anciens généraux anglophones avec leurs épinglettes d’IRVING, ils caront pas si un Acadien meurt en guerre. Ils veulent seulement gagner la guerre pour protéger leur peuple et retourner, à la fin de tout ça, à leurs vielles manières. Conséquences ou pas,  je dois absolument te dire afin que quelqu’un sur l’Île sache la vérité.

La force field qui cache l’Île-du-Prince-Édouard du monde extérieur, qui nous protège de ces Choses et qui est en fait notre seule source d’espoir, elle a une date expiration…
Nos parents nous ont toujours dit que nous avions assez de sable pour garder le mur en marche pour des décennies et des décennies. C’était un mensonge, ou peut-être une erreur.
Je ne sais pas pourquoi la Résidence a jugé bon de nous cacher cette information.
Depuis que nous avons activé le mur, il y a sept ans, nous avons déjà utilisé la moitié du sable qui se trouve sur l’Île. Nous devons donc, pour notre propre survie, trouver une autre source de ce sable unique. Sinon, l’Île avec ses abondances de ressources terrestres sera exposée et visible à ces Choses qui y verront un véritable buffet incontournable.

Nous pourrions détruire le pont, mais en ce faisant, nous éclaterions le seul lien entre le Nouveau-Brunswick et les ressources de l’Île, ce qui pourrait causer la mort de toute la population de la province. J’espère que cette décision ne sera jamais prise… Jacques, tu dois absolument partager cette information avec tout le monde ! Les gens ont besoin de savoir la vérité quant aux dangers auxquels ils font face ! Pour survivre, va falloir agir avec urgence et ténacité.

Voilà l’objectif central de ma mission : trouver une nouvelle source de sable. Il y a des rumeurs d’un dépôt à Terre-Neuve, mais la présence des monstres dans cette région est incroyable. Les chances de survie pour un humain sont très minimes…  Une autre rumeur circule que Small Turtle Island aurait un gros dépôt qui daterait du temps de sa première colonisation.
Le sable aurait été entreposé quelque part proche de la Baie Sainte-Marie. Je ne sais pas si les Chefs de Small Turtle savent que ce dépôt existe, ou même s’ils sont au courant des composantes exceptionnelles de ce sable. Il est fort probable qu’ils possèdent une connaissance supérieure de cet élément mystérieux et pourraient donc nous être d’une aide incroyable.

Je sais qu’en tant que diplomate officiel de l’Île-du-Prince- Édouard, tu travailles fort à établir une relation saine et réciproque avec la nation autochtone. Mais Jacques, pour le futur de notre peuple, je te demande de redoubler tes efforts diplomatiques…
Sans leur appui, je commence à croire qu’il ne nous reste plus grand chances de survie.
J’espère juste qu’il n’est pas trop tard, après tout, why would they ever want to help us…

Jacques, je dois quitter pour Terre-Neuve dans quelques jours. S’il te plaît, écris-moi dès que possible, bien que je doute de pouvoir te répondre.
Dis à Papa que je l’aime et que je pense à vous.

Martine

 

 

Marc-André Hébert
Texte publié dans le Numéro 25. Sagouine Park