Philippe Garon. mephitis mephitis

04h-05h
Gaspésie, QC
Le 343 Thivierge est mon pays, le lieu où je me sens en sécurité avec ma famille, heureux.

ça cherche
en noir et blanc
ça cherche des larves de cabarouettes
sans empester

ça fouille
ça creuse
ça s’approche
ça me barre le chemin
élégante menace du diable
qui m’ignore royalement
en noir et blanc

une pomme tombe
la lune tombe
je me risque pareil
dans son assiette
dans l’aube inodore

ça cherche
ça fouille
ça mange
ça disparaît

sur mes gardes
sur la gravelle
moi itou je fouille
pendant que la basse-cour repart
pendant que l’engrenage débile repart
quand les gâcheurs tournent la clé de notre pesanteur

alors je m’accroche
à mes vingt-cinq âcres d’équilibre
quart de lot d’épinettes cassées à brancarder
de fèves à casser
de châssis à changer
de framboises à congeler
de cornichons à canner
d’herbes à saler
de chaleur à fendre
ces tâches gigognes
auxquelles j’appartiens

la puante revient
arroseuse d’ami bête
pire que toutes les boucanes
humidifiées par la science pour les honteux

une autre pomme tombe
pleine de soleil
pleine de lune

ça se bourre la face
des vers blancs
du quart de lot
dont je dépends

assis dans l’échafaud
de notre renouveau
je guette la bête de Méphistophélès
son détachement
noir et blanc
je la guette
en songeur qui se trouve niaiseux
de se prendre au sérieux
je la guette
mouffette qui se sacre royalement des poètes
comme les idées
ces bêtes de feu
savent aussi se sacrer de nous
quand nous les guettons
dans l’écho des pommes qui tombent

Philippe Garon
Texte publié dans le No.21 Acadie24