Phyllis Grant. Les étoiles et les pierres

English / Mi’kmaq

– Traduit par Janice Bujold-Barton

Christopher Grant, Coordinate, Ink on paper/digitally colored, 2018

Décider que chaque jour
Est un instant à fêter
Il m’invite au micro
Pas le temps d’hésiter
Car mon frère est mon sang
Il déclenche l’avalanche
Provoque les rimes d’une mère
Qui mène sa galère

Ne me donne rien de moins
Que ton meilleur couplet
Soigne tes mots et tes vers
Sans cela tu m’imposes
Une vacuité de prose
Sur la chair de ta chair

Dis c’que tu penses vraiment
Ou refoule ça en dedans
C’que je veux découvrir
C’est ton essence, ta nature
Pas l’argent que tu fais
Ni la vitesse de ta voiture

Il t’en faudra plus pour me fasciner
Je cherche les détails, tu vois
Mon attention une fois captée
Se hisse au-delà du charabia

Je m’acharne sur le mur
Tel un James Dean angoissé
Rebelle aux douces paroles
Sans arrière-pensée
J’ose croire que mes idées
Éclairent notre horizon
Une voie que j’aurai pavée
Pour qui cherche une direction

Si j’ai en moi la force
De me connaître vraiment
J’y arriverai crois-moi
Rien m’en empêchera
Je peux tenir le fort
Ma promesse et mes plans
Issus d’un commun accord
Du clan uni et fort

Non, on baisse pas les bras
Et ça, ça les affole
Qu’on danse parmi les étoiles
Et les pierres des aïeux
Non, on n’abandonne pas
Et ils en perdent patience
Qu’on danse parmi les étoiles
Et les pierres des aïeux

Oh ! Je sens un vent nouveau
Il ne saurait tarder
Guérison de Nations
Éveillées, en éclosion
Plus jamais étouffées
Ni vouées à la destruction
Dénuées des œillères
Harcèlement et obstruction
Certains se plaisent à dire
Que je suis optimiste
Que je confronte les affreux
Les scabreux masochistes
Mon verre n’est jamais vide
Il est plein à ras bord
Pour moi tu es un saint
Parmi les péchés de tous bords

J’peux pas m’en empêcher
Constant besoin d’expliquer
Mes observations intrinsèques
Inscrites dans l’ordre cosmique

J’ai le conseil que voici
Tu peux le prendre ou le laisser
Quand la gloire t’aura rentré dedans
Il t’attendra peu importe le temps
Quand je verrai que chaque souffrance
A sa raison d’exister
Qu’à la terre mon corps j’aurai confié
Pour qu’il puisse enfin se reposer
Mon essence ne traînera pas les pieds
Errante, ne sachant où aller
Elle ira valser parmi les étoiles
Et les pierres des aïeux

Parfois mon esprit flânera
Sur les branches de feuillus
Si tu me cherches, je serai là
Dans le bercement d’un arbre
Priant pour que tu délaisses la médiocrité
Et que tu voies ton potentiel s’élever
Et se réaliser

Non, on baisse pas les bras
Et ça, ça les affole
Qu’on danse parmi les étoiles
Et les pierres des aïeux
Non, on n’abandonne pas
Et ils en perdent patience
Qu’on danse parmi les étoiles
Et les pierres des aïeux

 

Phyllis Grant
Texte publié dans le No 17. Faire communauté

Phyllis Grant. Photo : Annie France Noël